Vers l’infini et plus loin encore!!!

California… here we come!!! :)

 

Après sept merveilleuses années à cultiver la terre nous prévoyons prendre une année exploratoire et ne pas cultiver de légumes pour l’été 2017. Cela nous permettra de prendre un peu de recul, de cultiver d’autres aspects de notre être, de prendre soins de nous-même et de partir à la découverte de nouvelles innovations en agriculture.

Nous comptons aussi profiter de ce temps pour acheter une terre et déménager notre ferme. Nous entendons bien conserver la mission première de notre ferme: offrir des produits frais, locaux, sains, écologiques, équitables et dont les saveurs sont authentiques. Le temps est maintenant venu de définir la manière la plus appropriée pour la prochaine phase de notre ferme.

Merci à touts ceux qui nous ont soutenu et encouragé au fil de notre développement. Sans vous tous cela n’aura pas été possible. Nous nous réjouissions de travailler à nouveau avec vous prochainement!

Vous  pouvez suivre notre cheminement sur notre blog.

Au plaisir,

Jonathan et Jolianne

(ps. la photo…c’est une joke… c’est pas vraiment notre auto)

Posted in Non Classé, Nouvelles de la ferme | Leave a comment

Une innovation en traction animale

Chers lecteurs,

Il y a souvent le réflexe de penser que cultiver avec les chevaux, c’est “cultiver à l’ancienne” ou encore que c’est comme “dans le bon vieux temps”.

Mais non! Il s’agit plutôt d’une agriculture post-moderne. Nous nous inspirons du passé et du présent pour créer l’avenir que nous voulons vivre. Les chevaux sont très bien adaptés pour la majorité des tâches sur une ferme maraîchère comme la nôtre. Pour les tâches moins bien adaptées au chevaux, nous avons aussi un tracteur… c’est la beauté d’un système hybride.

Dans ce billet de blogue, j’aimerais vous présenter une innovation que nous avons développé dans notre méthode de désherbage mécanique avec les chevaux…. On plante des rangs jumelés (2 rangs par butte plutôt qu’une seul) et on est capable de quand même les désherber avec nos chevaux.  Cela nous permet de doubler la densité de plusieurs cultures incluant carottes, betteraves, radis et rabioles.

Je tiens à remercier David Fisher de Natural Roots Farm au Massachusetts pour son partage d’information généreux l’hiver passé! Cela m’a beaucoup aidé dans le développement de ce nouveau système (car il avait essayé de développer un système semblable sans résultats concluants).

En fait, j’aimerais profiter de ce blogue pour lui faire un suivi de comment s’est déroulé l’essai l’année passée et de la direction dans laquelle nous allons cette année. C’est pourquoi le restant de se billet sera en anglais et plus orienté vers les fermiers comme lecteur cible (plus de détails techniques pour les “farmer-nerds”).

Bonne découverte!

-Jonathan

The following is a brief overview of our 2015 trials with cultivating two rows per ridge:

The first step is to shape the ridges (small beds)

 

We prefer using wide sweeps in the alleys to shape the ridges instead of discs. I find it yields a more uniform and reproductible result. Note the use of a spring tooth of a tine weeder to apply pressure to the levelling device

Final ridge, 36 inches center to center. I aim to have a ridge that is not too tall  with a rather wide, flat, rock free surface. When the ridges are too tall, I find it harder to cultivate close to small crops without leaving the roots exposed to drying.

 

Frontal view of sweeps. This set up is used for stale seed bedding. the center sweep is very flat. The idea is simply to work 1 or 2 cm deep to disrupt those little germinating weed seeds, without undoing the ridge too much. A pleasant side effect of this process is that many of the rocks that are on the ridge top get pushed into the alleys, thus leaving a nicer seedbed for planting.

Here we go… the very first time using this set up.

I like to offset the center tooth a bit to the right. I then cultivate each ridge in two passes, each time focusing on getting super close to the right hand row. I could do it in one pass with the center tooth dead center, but I would lose in precision. The goal is no hand weeding in direct seeded crops, which we usually are able to do (except for the 2 first seedings in the spring as we don’t have enough time to do a proper stale seed bed prep. )

 

Molly Brown and Molly Black, both 22 year old mares.

 

" src="http://www.fermemelilot.com/wp-content/uploads/2016/03/IMG_24021-e1457792791199-768x1024.jpg" alt="" width="640" height="853" />

Homemade bracket for mounting the center tooth. In this picture the tooth is angled towards the row so as to throw soil on the weeds growing at the base of the carrots, thus burying the weeds.

A bit nerve wracking to drive… more learning needed. Especially when the 2 rows are not seeded exactly the right distance apart!!

Check out the video of the cultivator in action on our Facebook page: https://www.facebook.com/fermemelilot/

In 2015 we were simply tracing the 2 rows with a hand held 2 pronged rake type tool. We would then simply follow each of those marks to seed 2 rows per ridge.

This year we have purchased a double row seeder. This will assure that the two rows are always the same distance apart which will make the driving much easier!

" src="http://www.fermemelilot.com/wp-content/uploads/2016/03/IMG_24011-e1457792847125-768x1024.jpg" alt="" width="640" height="853" />

I was looking for a way to cultivate carrots at the cotyledon stage without risking burying them. This summer I’ll be testing this contraption out. Three flex-tine weeder teeth at just the right spacing to run between the two rows (1,5 inches from each row of carrots). I’m hoping to be able to cultivate with greater precision as soon as they’ve germinated. In 2015 we were hoeing the carrots at that stage since I was not setting my center tooth too close to the rows.

Posted in Non Classé, Nouvelles de la ferme | 1 Comment

Un hiver bien occupé

Une question qui m’est souvent posée est “Mais que faites-vous l’hiver?” À cette question je réponds généralement ‘Je dors’. Mais, bon… ce n’est pas la seul chose que je fais. Bien que l’hiver est une période moins occupé au champs, c’est aussi une période de réflexion et de planification fort importante. Cette étape est indispensable car nous visons l’amélioration continuelle de la ferme et des paniers que nous vous offrons.

Voici un petit aperçu des choses sur les quelles nous travaillons cet hiver:

  • Retour sur l’été 2015 avec reflection sur les bon coups, les mauvais coups, les rendements, les insects et maladies, les employées, la gestion de la ferme, les finances, comment améliorer les paniers (merci d’ailleurs à tous les gens qui ont répondu au sondage de fin d’année).
  • Suite à cette réflexion, c’est le temps de planifier la production pour l’année suivante et de commander les semences. J’aime bien placer ma commande avant le temps des fêtes afin de m’assure d’avoir les variétés que je veux. Cela me permet aussi de commencer la nouvelle année en travaillant sur des nouveaux projets plutôt que sur les détails du plan de production. Dans le processus de planification, on commence par déterminer quels légumes seront dans le panier chaque semaine tout l’été, combien de paniers nous voulons fournir et combien de légumes nous pensons vendre dans nos marchés. Par la suite, nous passons légume par légume pour calculer combien de superficie sera nécessaire au champs, quelles variétés nous voulons utiliser, combien de fois nous allons les planter dans l’été, les dates de semis au champ ou de transplantation, les dates de semis en serre si il s’agit d’une culture transplantée et la quantité de semences nécessaire.  Bien sûr, nous incluons une marge de sécurité à chaque étape pour mitiger les risques reliés à la météo. Voici un lien vers le ficher excel que j’utilise pour ma planification. Nous plantons plus que 200 variétés de légumes… plantés en multiples vagues d’avril à septembre… c’est une veritable mosaïque d’abondance! C’est un aspect de mon travail qui me permet d’exercer mon coté créatif, de visualiser mes champs dans mon imaginaire et d’oeuvrer pour qu’il se manifeste dans la réalité. L’équilibre du travail physique et intellectuel est un aspect du métier de maraîcher que j’apprécie beaucoup.
  • Il faut s’assure d’avoir tous les outils, matériaux, amendements de sol, etc. pour bien travailler l’été prochain. Entre autre: élastiques, couteaux, pelles, binettes, terreau de semis en serre, fumier de poulet granulé, boîtes, sacs, filets anti-insect, semoirs et bien plus.
  • Évidemment, s’occuper de 2,5 ha en production de légumes c’est trop de travail pour moi seul. Prochaine étape? Monter une équipe de ninja-farmers pour passer un superbe été à la ferme (aussi appelé des employés). Voici un lien vers l’offre d’emploi. Pour 2016, nous avons décidé d’engager 5 employés dont deux qui revient de l’été passé (Emilie et Jocelyn). À présent il ne reste que 1 poste libre et il y a plusieurs candidates très intéressants. Il me fera plaisir de vous présenter l’équipe 2016 dans future blogue.
  • Nous sommes choyés de compter Jocelyn parmi les nôtres pour une quatrième année. En plus de répondre aux courriels toute la semaine, il travaille les vendredis à la ferme pour accomplir plusieurs tâches administratives (comptabilité, communications, payroll, rapports gouvernementaux (TPS/TVQ etc) et bien plus. Mais avant tout, j’apprécie ses bonnes idées et de pouvoir discuter de mes idées avec lui afin d’avoir un autre avis et une autre perspective.
  • C’est bien beau faire pousser des tonnes de légumes, mais il faut s’assurer d’avoir assez de gens pour les manger! Donc, c’est le temps de planifier la mise en marché et la promotion. Cet hiver nous avons entreprit une réflexion approfondie sur les éléments nécessaires pour offrir une excellente expérience à nos members. Certains des éléments qui sont ressortis sont d’améliorer la communication avec les membres (plus de blogues, une page facebook actif, plus de recettes), d’envoyer le contenu du panier au membres quelques jours d’avance, d’offrir  plus d’opportunités de venir à la ferme (programmation estivale à venir dans les prochaines semaines!), d’offrir plus de choix dans les paniers (et de s’assurer qu’il y ait du choix jusqu’à la fin du point de chute!), avoir des tomates plus tôt dans l’été et d’autres points trop nombreux pour énumérer ici. On ne vise peut-être pas à être parfait un jour (c’est impossible), mais la clé c’est le progrès!
  • Il ne faut pas oublier de penser au long terme aussi dans tous ça. Nous sommes à la recherche d’une ferme à acheter et avons visité plusieurs propriétés cette année mais rien de prometteur. La chasse au trésor continue.
  • Un des outils que nous utilisons pour la gestion des objectifs à long terme est le “Holistic Management” (http://holisticmanagement.org/). Cette année nous avons séparé nous objectifs familial de ceux de la ferme. Je crois que cela va nous aider à mieux cibler les action nécessaire dans les différents domaines. Voici un lien vers notre “but holistique” familial. Et voici pour celle de la ferme.  C’est en anglais car c’est ma lange maternel.
Bien sur, cela est seulement un petit échantillon de toutes les tâches hivernales… mais je commence à avoir mal au mains :) Bref, l’idée c’est de super bien tout planifier afin de pourvoir être efficaces cet été et de faire pousser pleins de bons légumes!
Au travers de tout ça, c’est hyper-important de s’amuser, de se reposer et de se ressourcer afin d’être en forme quand l’été arrive comme un tsunami d’activité et travail !  

Des tours de sleigh avec les amis.

" src="http://www.fermemelilot.com/wp-content/uploads/2016/02/IMG_23461-1024x768.jpg" alt="" width="640" height="480" />

Se reposer devant le feu

" src="http://www.fermemelilot.com/wp-content/uploads/2016/02/IMG_23651-1024x768.jpg" alt="" width="640" height="480" />

Faire du cheval

" src="http://www.fermemelilot.com/wp-content/uploads/2016/02/IMG_23701-e1456327146892-768x1024.jpg" alt="" width="640" height="853" />

Nourir les poules

 

Posted in Nouvelles de la ferme | Leave a comment

Sauce tomate de base

Recette de sauce tomate de base

Ingrédients :

  • 3 kg de tomates
  • 2 oignions
  • gousses d’ail (ou plus!)
  • des herbes fraîches au goût (ne vous gênez pas, mettez-en beaucoup! Du basilic, du thym, de l’origan, du romarin, des feuilles de céleri, etc.)
  • d’autres légumes si vous voulez (par exemple, pour une sauce plus “classique”, on peut mettre des carottes, du céleri, des poivrons et des champignons)
  • une source de protéine (optionnel) : du tofu égrainé, du boeuf haché, de la protéine de soya texturé (qu’on trouve dans certains magasins d’aliments naturels), du bacon, de la saucisse, etc.
  • de l’huile d’olive (qui est l’option plus classique, mais n’importe quelle sorte d’huile fait l’affaire, ou encore du beurre)
  • sel et poivre

Instructions :

  1. Couper finement les oignions, l’ail et les herbes (gardez la moitié de l’ail et des herbes pour plus tard)
  2. Chauffer l’huile dans un grand chaudron.
  3. Ajouter l’oignon et la première partie de l’ail et des herbes dans le chaudron et cuire quelques minutes en remuant régulièrement (j’ajoute normalement le sel et le poivre à ce moment-ci, mais certaines personnes préfèrent l’ajouter plus tard).
  4. Couper les tomates (si vous voulez, vous pouvez enlever la peau en faisant un petit “x” en dessous de la tomate, puis la plonger dans l’eau bouillante, puis dans l’eau froide et la peau devrait s’enlever facilement, mais honnêtement, je ne fais pas ça quand je fais ma sauce moi).
  5. Si vous avez un robot-culinaire, vous pouvez broyer vos tomates pour atteindre une consistance plus “sauceuse” plus rapidement.
  6. Ajouter les tomates dans le chaudron, augmenter le feu à moyen-élevé (ou à maximum si vous avez vraiment confiance en votre chaudron) jusqu’à ce que ça bouille.
  7. Pendant que ça chauffe, couper vos légumes et ajoutez-les à la sauce une fois qu’elle est bien chaude.
  8. Si vous avez de la viande, c’est souvent une bonne idée de la faire cuire dans une poêle avec un peu d’oignons et d’autres assaisonnements avant de l’ajouter à la sauce.
  9. Lorsque la sauce bout, diminuez le feu et laisser cuire sans le couvercle en remuant régulièrement jusqu’à ce que la sauce ait une belle consistance assez épaisse.
  10. Ajouter l’autre moitié de l’ail et des herbes vers la fin (pour avoir un goût de fraîcheur!). Certaines personnes aiment bien mettre le sel et le poivre à la fin également.

D’autres informations

On peut mettre cette sauce dans des pots avec un autoclave, mais il n’est PAS sécuritaire de “canner” cette sauce sans autoclave puisque les pots pourraient développer des bactéries potentiellement mortelles. C’est plus facile et sécuritaire de simplement congeler la sauce si vous voulez la garder pour plus tard.
Aussi, si vous voulez une sauce rosée, vous n’avez qu’à ajouter de la crème avant de servir!

Posted in Non Classé | Leave a comment

Commandez vos tomates! Faites vite!

Bonjour à tous et à toutes!

C’est le temps des tomates et donc le temps du cannage! Faites vite, puisque nous avons beaucoup de tomates pour l’instant, mais nous ne savons pas pour combien de temps nous en aurons!

Pour commander vos tomates, allez ici. Après avoir sélectionné la quantité désirée, cliquez sur l’icône de panier en haut à droite, puis sélectionnez le point de livraison désiré, et cliquez “commander”. Vous pourrez payer soit en nous faisant parvenir un transfert Interac, ou par chèque ou en argent comptant directement au point de chute.

N’hésitez pas à transférer cette information à d’autres personnes, l’achat de tomates est ouverte à tout le monde!

Merci et bon cannage!

Posted in Non Classé | Leave a comment